Élaborer et conduire avec succès un PLPDMA

Développer l’usage du sac à emporter ou « gourmet bag » : fiche-action

Repères
  • Axe du PNPD concerné : 7. Lutter contre le gaspillage alimentaire
Action du PNPD déclinée :
  • 7.3. Développer l’usage du sac à emporter (« doggy bag »)
  • 7.4. Déclinaison territoriale de l’action de lutte contre le gaspillage alimentaire

De quoi s’agit-il ?

Promouvoir, auprès des responsables et du personnel des restaurants commerciaux, ainsi que de leurs clients, la pratique permettant à ces derniers d’emporter les portions alimentaires qu’ils n’ont pas terminées via un sac à emporter ou « gourmet bag » ou autre emballage, de préférence réutilisable.


Quels enjeux ?
  • Sensibiliser et réduire le gaspillage alimentaire tout en limitant les « transferts de pollution » liés aux emballages notamment.
  • Réduire le gaspillage alimentaire et les coûts associés, notamment en termes de gestion des déchets (y compris surcoûts éventuels, pour les restaurateurs, liés à l’obligation de tri à la source et de valorisation des biodéchets).
  • 75 % des consommateurs sont prêts à utiliser un sac à emporter.
  • Le ministère de l’Agriculture et de l'alimentation a créé la marque « Gourmet Bag » (équivalent français du « doggy bag » à l’américaine) pour participer à la limitation du gaspillage alimentaire en restauration commerciale et met à disposition de tout acteur souhaitant développer la pratique un ensemble de supports de communication (mais pas de contenants). www.gourmetbag.fr
Gisement d’évitement : 140 g/repas en restauration thématique et traditionnelle,  43 g/ticket en restauration rapide
Potentiel de réduction : pas d'estimation 
 

Objectifs

  • Contribuer à réduire de 50 % le gaspillage alimentaire d’ici 2025.
  • Augmenter la proportion d’établissements du territoire proposant la pratique du « gourmet bag ».
  • Inciter les restaurateurs à réduire le gaspillage alimentaire en amont de l’utilisation du « gourmet bag ».
 

Exemples d’actions à mettre en œuvre

Exemples d’actions à destination des ménages et des restaurateurs :
  • Informer et sensibiliser les restaurateurs sur la pratique, les rassurer sur leur responsabilité en matière de risques sanitaires, diffuser les retours d’expérience existants ;
  • Mettre en place un projet pilote pour démontrer la faisabilité de la pratique et la rendre attractive sur le territoire ;
  • Mener une campagne de promotion du « gourmet bag » auprès des restaurateurs et des consommateurs ;
  • Mettre à disposition des restaurateurs les outils de communication (autocollants, affiches, voire contenants) (en phase de lancement de la pratique).
Actions complémentaires :
  • Sensibiliser, informer et outiller les restaurateurs pour réduire le gaspillage alimentaire à tous les stades précédant la fin du repas, en les sensibilisant notamment aux coûts associés.
 
 

Éco-exemplarité des collectivités

Exemples de mise en oeuvre :
  • Proposer la pratique du « gourmet bag » dans les services de restauration collective de la collectivité ou gérés par la collectivité ;
  • Proposer la pratique du « gourmet bag » après les événements ou réunions organisés par la collectivité.
 

Exemples de partenaires à associer

  • La DRAAF.
  • Les associations de restaurateurs, de consommateurs, les acteurs du tourisme (dont les offices du tourisme), les chambres consulaires...
Points de vigilance
  • Action à compléter par des mesures visant à réduire le gaspillage alimentaire aux stades précédant la fin du repas (approvisionnement, menus, portions, etc.).
  • Promouvoir l’utilisation d’emballages réutilisables, apportés par les consommateurs quand ils vont au restaurant, pour limiter la production de déchets d’emballages.
  • L’augmentation du nombre de « gourmet bags » n’est pas nécessairement un indicateur de réussite de l’action à moyen terme : l’action doit être accompagnée d’une sensibilisation des ménages à la lutte contre le gaspillage alimentaire pour éviter que le contenu du « gourmet bag » soit jeté par les consommateurs.
  • Trois clés de réussite de l’action :
    • communiquer largement vers les consommateurs,
    • accompagner les restaurateurs du territoire,
    • travailler en réseau.


Évaluation

Indicateurs de suivi

Quantités évitées :
  • Poids du contenu des « gourmet bags » utilisés (dans le cadre d’un projet pilote).
Indicateurs d’activité :
  • Nombre d’établissements du territoire proposant le « gourmet bag » ;
  • Nombre de « gourmet bags » distribués par restaurant.

Impact socio-économique et financier

À ce jour il n’existe pas de données disponibles.
Indicateurs-clés à mesurer :
  • Prix du « gourmet bag », nombre de « gourmet bag » ou équivalent emportés ;
  • Surcoûts éventuels liés à la séparation des retours en cuisine (sale/propre) pour préparer les « gourmets bags » ;
  • Surcoût (temps supplémentaire) lié aux manipulations ;
  • Coût de gestion des déchets évités (pour l’entreprise).
Pour aller plus loin :
  • Pourcentage de « gourmet bags » réellement consommés à domicile ;
  • Coût moyen d’un repas à domicile (le « gourmet bag » permet une économie d’une partie ou de tout un repas).
 

Impact environnemental

À ce jour il n’existe pas de données disponibles. S’il en existait, le calcul simplifié serait le même que pour une réduction de gaspillage alimentaire.
Les indicateurs-clés à mesurer :
  • Poids moyen du contenu du « gourmet bag » ;
  • Nombre de « gourmet bag » ou équivalent emportés ;
  • Poids du contenant du « gourmet bag » et composition (si non réutilisable).
Les facteurs d’émissions à utiliser :
  • Composition alimentaire moyenne du « gourmet bag » pour sélectionner le facteur d’émission approchant ;
  • Facteur d’émission du matériau du « gourmet bag ».
Pour aller plus loin :
  • Pourcentage de « gourmet bags » réellement consommés à domicile.
 

Ressources méthodologiques et annexes

Rôles de la collectivité en charge du PLPDMA
  • Identifier les acteurs et actions pour le diagnostic local
  • Remonter de l’information pour le recensement national
  • Diffuser de l’information/des outils nationaux
  • Communiquer
  • Être éco-exemplaire
  • Mobiliser des acteurs et développer des partenariats
  • Proposer des aides méthodologiques/formations
  • Proposer des aides financières et/ou logistiques